46 views

Les 6 conseils indispensables pour dessiner en extérieur

Sortir de l’atelier, pour beaucoup est une épreuve. Quel matériel choisir et comment le transporter. Savoir où l’on va et ce que l’on souhaite dessiner en extérieur. Parlons également du regard des autres. Partez à l’aventure

Outre ces doutes, dessiner en extérieur apporte tellement. Imaginez, vous avez le monde pour atelier, c’est formidable ! Vous pouvez y faire de belles rencontres, voyager, observer le monde qui vous entoure. Que ce soit dans la rue d’à côté ou lors d’un périple à l’autre bout du monde, vous n’êtes jamais seul, un carnet à la main.

1 Savoir où l’on va et ce que l’on souhaite dessiner

Croyez-en mon expérience, il est préférable de savoir à l’avance où et ce que l’on souhaite dessiner. Vous pouvez passer des heures à vadrouiller sans jamais vous décider et une fois le spot trouvé, il est bien tard et vous n’avez plus le temps (le temps, parlons un peu plus bas). Tout d’abord, prenez un petit carnet, transportable de préférence. Vous pouvez noter sur celui-ci toutes les idées qui vous passent par la tête, une sorte de  brainstorming. Vous y notez les lieux où vous aimez être, vous balader ou prendre un café. Puis ce qu’y vous tiens à cœur et aimez ou aimeriez dessiner comme les objets du quotidien, le monument, celui à côté de chez vous, l’architecture flamande (par exemple), la végétation du jardin des tuileries, les animaux du zoo ou de la savane (je les préfère en liberté) et tant d’autres idées. Surtout écoutez vous, choisissez ce qui vous donne envie et vous procure du plaisir, et gardez ce carnet précieusement, avec vous, pour noter toute les idées qui vous viennent au cours de vos sorties, balades et voyages en dessin.

2 Trouver son style grâce au principe de l’entonnoir

Je l’ai moi même utilisé pour trouver mon propre style, un nom tout trouvé, le principe de l’entonnoir. Oui mais qu’est ce que c’est ça le principe de l’entonnoir ? Hé bien c’est tout simplement le fait de tester tous les styles que l’on souhaite en s’inspirant d’œuvres d’artistes. Avant de savoir exactement ce que j’aimais vraiment dessiner, j’ai testé tout plein de styles et ça m’a permis de sortir de ma bulle et de mes certitudes. J’en ai testé plusieurs, par curiosité, jusqu’à épurer mes choix et à me tourner clairement vers le style qui me représente naturellement. Je vous invite à présent à faire de même et de vous aussi, tester tout plein de styles et d’épurer petit à petit en écartant ceux que vous n’aimez pas pour vous concentrer enfin sur ceux que vous aimez, vous trouver. Grâce à cette méthode j’ai vécu des expériences de vie que je n’aurais jamais vécu si je n’étais pas sorti de ma petite bulle, et qui m’ont tellement apportées.

3 Un matériel transportable

Le choix du matériel va dépendre du style que vous aurez choisi pour dessiner. Imaginez que vous souhaitez dessiner en haut d’une montagne, je dis ça car ça m’est arrivé. Vous allez évidemment réfléchir à deux fois avant d’emmener tous vos feutres ou tube de peinture. Lors ce que l’on dessine en extérieur, il est primordial de s’alléger pour pouvoir encaisser des kilomètres sans se casser le dos. Pour ma part, le tout rentre dans mon sac à dos. Un carnet de dessin format A4 avec des feuilles suffisamment épaisses pour ne pas onduler à la première goute de pluie. Un papier qui correspond à votre choix de dessin. S vous choisissez d’utiliser des feutres marqueur, vous aurez besoin de papier “layout” et là, même si les feuilles ne sont pas épaisses, elle sont résistantes aux intempéries. Prenez une planche à dessin de format un peu plus grand qu’un A4, avec de grands élastiques ou pinces pour que votre feuille ne s’envole pas. Oui, le vent se lève. Pour ma part j’emmène des crayons à mine graphites du 2h au 3B, quelques crayons de couleurs aquarellable et quand je vais en ville, mes tubes de peinture pour pouvoir mettre de la couleur. Quelque soit votre choix, pensez à voyager léger et un matériel facilement transportable.

4 La météo, restez couvert

Le soleil qui tape très fort, le vent qui vient faire voler vos feuille de papier et la pluie par dessus. Ce sont les aléas du direct. Bien souvent vous pouvez les éviter par un petit coup d’œil sur la météo. Mais comme tout le monde le sait, la météo n’est pas toujours fiable à 100% alors il vaut mieux être bien préparé. Il m’est arrivé de partir en short et d’être surpris par un bien gros orage comme dans cette vidéo. Personnellement, tous ces aléas je trouve ça chouette car ça fait parti de l’aventure. Je vous conseille néanmoins de toujours avoir un sachet plastique au cas où vous seriez surpris par une averse. Comme mentionnée ci dessus, je vous conseille d’attacher vos feuille sur votre planche à dessin grâce à des élastiques ou pinces. Le soleil aussi peut être très gênant quand il tape de toute ses forces sur le papier blanc intense qui vous éblouie. Lunette de soleil et casquette sont un minimum. Certains artistes se fabriquent comme une ombrelle qui vient estomper la lumière intense du soleil pour la diffuser que ça vous soit bénéfique.

5 Le regard des autres, faites de très belles rencontres

Beaucoup d’entre vous n’osent pas dessiner en extérieur,  de peur que quelqu’un vous juge ou n’aime pas ce que vous faites, la peur également d’être moqué. Et vous savez quoi, je vous comprends car moi aussi j’ai eu cette grande appréhension. C’est vrai c’est intimidant ! Pour ma part je manquais énormément de confiance en moi. Puis un jour, j’ai osé et j’ai découvert que le monde entier pouvait être notre atelier si on l’apprivoisait. Je vous invite à sortir de chez vous et aller dessiner le sujet que vous souhaitez, que vous aimez, et oui, certaines personnes passeront près de vous, curieuses de voir ce que vous dessinez. Parfois, vous recevrez des compliments et parfois juste un regard. Cela fait bientôt dix ans que je me balade et dessine aux terrasses des café, je réalise au combien de belles rencontres me sont arrivées.

6 Prendre son temps

Dans ce monde où l’on court sans arrêt, je vous invite à prendre votre temps. Déjà pour apprécier le moment et également pour observer attentivement le monde qui vous entoure. Si le temps vous manque, sachez vous fixer des objectifs raisonnable. Cela peut être un petit croquis de la machine à café en 10 minutes le temps de la pose, à plusieurs heures pour dessiner le toit de la cathédrale d’Amiens. Pour finir, ne confondez jamais vitesse et précipitation, oui, vous pouvez faire un croquis rapide mais la précipitation va vous desservir car va jouer négativement sur votre concentration. Donc, prenez le temps de respirer et de dessiner, et découvrez le monde comme votre nouvel atelier.

Je vous invite à me laisser vos commentaires et si vous avez des questions, ça me fera plaisir d’y répondre.

Vous souhaitez apprendre à dessiner, suivez l’actualité des articles en vous abonnant à la page Facebook de l’Atelier de Vivien

Venez également vous abonner à ma chaîne Youtube

A vos crayons, à vos pinceaux et à bientôt,

Vivien

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 3
    Partages
2017-10-09T19:01:53+00:00 By |Dessiner le monde|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment